Les abeilles ont un rôle important dans l’agriculture et dans la pollinisation de beaucoup de cultures. Sans elles, beaucoup de légumes et de fruit n’existeraient plus. Que se passerait il s’il n’y avait plus aucune abeille sur terre ? Un monde comme ça pourrait nous paraitre exagéré à ce moment même, mais les scientifiques essayent de trouver des solutions pour permettre aux plantes de survivre sans ces insectes. L’objectif est de trouver une forme de pollinisation artificielle viable qui pourrait sauver nos fruits légumes et fleurs

Les données nous montrent que le nombre d’abeilles baisse de plus en plus chaque année

Des chiffres assez préoccupants sont tombés. Durant les 15 dernières années les colonies d’abeilles ont peu à peu disparues, avec dans certaines régions une régression de 90% à cause notamment de la perte de l’habitat, le changement climatique, une exposition aux pesticides, des épidémies/maladies ..

La sécurité alimentaire et la durabilité des écosystèmes natifs dépendent des interactions entre les plantes et insectes (30% des aliments que nous consommons dépendent directement ou indirectement de la pollinisation des abeilles) et la rapide recrudescence de nombre d’insectes contribuent à aggraver cette situation

Certains chercheurs travaillent vers un futur dans lequel la pollinisation des insectes naturellement pourraient être remplacés par des abeilles artificielles qui voleraient librement.

Les abeilles robots électriques

Par exemple, Ola Gjønnes Grendal, scientifique des matières à l’Université Norvégienne des Sciences et Technologique, travaille avec des matériaux piézoélectriques.

« Ces matériaux sont vraiment super. Une de leurs propriétés est qu’ils s’étendent si vous appliquez une tension électrique, mais ils reviennent à la normale quand la tension électrique est retirée. Vous pouvez utiliser cette fonction pour créer un petit moteur efficace qui imite la façon dont les abeilles volent », explique l’expert.

Les matériaux piézoélectriques fonctionnent mieux à haute fréquence, ce qui signifie qu’il est parfait pour imiter la façon dont ces insectes volent. Grendal explique que pour que tout fonctionne, il a besoin d’une source d’énergie, comme une petite batterie qui agit comme carburant, une sorte de châssis qui garde tout ensemble et des accessoires qui transmettent le mouvement des muscles piézo-électriques aux ailes.

Il y a déjà quelques prototypes de petites abeilles volantes, mais nous sommes encore loin d’avoir une petite abeille qui peut voler et être suffisante pour polliniser toute la nourriture dont nous avons besoin », dit Grendal.

Start-up pour la pollinisation electronique


Une autre initiative est celle d’Eylam Ran, cofondateur et PDG de la startup israélienne Edete, qui a construit des robots de pollinisation artificielle pour aider les abeilles.  » Les abeilles ne font pas leur travail efficacement : pour polliniser avec succès une fleur d’amandier, elles doivent voyager entre les arbres, mais la plupart de leurs mouvements sont entre les fleurs sur le même arbre. Ils ne fonctionnent qu’à certaines températures. Si les arbres qui ont besoin de pollinisation croisée ne fleurissent pas en même temps, les abeilles ne servent pas », dit Ran.

L’expert affirme que nous avons besoin de différents outils pour la production alimentaire. Le processus de sa mise en œuvre fonctionne en récoltant des fleurs d’amandiers, dans ce cas, en utilisant les mêmes machines à secouer les arbres que les agriculteurs utilisent actuellement pour cueillir des amandes, en séparant doucement le pollen de la fleur et en le stockant pendant plus d’un an afin qu’il puisse être utilisé au moment idéal pour égaler le cycle de floraison des autres arbres.

Lorsque les arbres sont prêts pour la pollinisation, l’équipe de l’entreprise utilise la technologie de détection de lidar pour se positionner à côté de chaque arbre, puis pulvérise le pollen aussi près que possible des branches. Ran le compare comme la phase finale d’un lavage automatique de voiture, quand l’air souffle sur les contours

Il peut fonctionner sans abeilles, même si Ran dit qu’il fonctionne mieux avec son aide. La mise en garde est qu’il n’en faudrait pas autant.

Le startup teste actuellement sa technologie en Israël et en Australie, et d’ici 2022, il prévoit de commencer à travailler à grande échelle dans les vergers de Californie. En supposant que tout fonctionne comme prévu, l’entreprise prévoit de s’étendre à d’autres cultures.

En raison de la forte nécessité de pollinisation qu’exige notre société, l’avenir de la pollinisation sera clairement marqué par la technologie, que ce soit sous la forme d’abeilles artificielles ou d’autres idées ingénieuses à venir.

Ecrire un commentaire